28 février 2007

J-53 : Assez le feu !

Pendant que Ségolène Royal se précipitait pour être la première à signer le cahier de doléances d'AC le Feu, témoignant ainsi de son engagement participatif à faire de la réintégration des banlieues la 24e priorité absolue de son mandat, je dinais dans un petit restau arabe du Vieux-Lyon.
On était deux couples, il était à peine 20h40. Dans la ruelle, soudain, 3 policiers municipaux se sont campés devant la vitrine, matraques au côté, talkie-walkie. Au bout d'une ou deux minutes, l'un deux est entré pour demander au patron, Mohamed, s'il avait l'autorisation d'installer une terrasse. La "terrasse": une chaise pliante, un guéridon sur lequel Mohamed avait posé une plante en pot, et une vieille brouette elle aussi fleurie, le tout occupant environ 1,2 mètre carré devant la vitrine, sur le pavé d'une rue interdite à la circulation.
Je passe sur les détails. L'altercation avec la police municipale a duré 20 bonnes minutes, les flics allant jusqu'à demander ses papiers à Mohamed, commerçant propriétaire installé là depuis 5 ans ! Un bar de la rue, juste en face du discret et chic restau de Mohamed, avait installé, devant sa porte ouverte d'où sourdait la rumeur puissante d'un match de foot télévisé, un gros spot et un placard lumineux sur son trottoir ; plus loin, un panneau trépieds à deux faces, posé à même le pavé, vantait les mérites du menu d'un autre restaurant ; et encore, pendant le temps de l'inspection, s'amassait une cinquantaine de personnes devant l'entrée d'un café-concert. A part Mohamed, les policiers municipaux n'ont rien demandé aux patrons des autres établissements, même après que je leur ai fait remarquer qu'il y avait comme une disparité de traitement. Ah si ! Ils m'ont demandé de ne pas me mêler de ce qui ne me regardait pas et, comme je leur répondais qu'au contraire ça me semblait regarder même bien plus de monde, l'un d'eux m'a dit de me méfier de ne pas faire de faux-témoignage !
Je ne sais pas dans quel état seront les banlieues, après l'hypothétique victoire de la candidate de tous les Pactes Citoyens du monde. Ce que je sais, en revanche, c'est que l'actuelle police municipale de Lyon est placée sous l'autorité du Maire de Lyon (voir ce blog, 23 février 2007 CONCURRENCE DELOYALE), récemment intégré à l'équipe de campagne de Ségolène. Evidemment, il devait être occupé à courir la campagne, justement. On se saurait lui reprocher de ne pas être toujours derrière ses flics, diront les supporters socialistes. C'est tellement vrai d'ailleurs ! qu'on se demande quels crétins peuvent croire encore qu'il suffit d'approuver n'importe quelle pétition pour que le monde s'en porte mieux.

Serge Rivron

Posté par France moins J à 14:33 - - Permalien [#]